HOEFNAGEL

Accueil
Pictura
Actualités
Estampes classiques et modernes
Dürer, Callot, Rembrandt, Goya, Chagall,
Picasso ...
Bourges & Berry Patrimoine
Salons du Livre
Arts & Handicaps
Livres et Fac
simile sur
la gravure
Sade
Mur vidéo
les artistes permanents
Actions pédagogiques
Association
Isabelle Guillot
 
 
 
 
 
 
 
 
Première réédition : 1er panorama de Bourges (dessin de 1562 - édition de 1587) Joris HOEFNAGEL (Georges Hoefnagel), "Bourges", vers 1587-1589, dans Braun & Hogenberg. Civitates Orbis Terrarum II
Superbe Fac simile  sur papier tradition (reproduction fidèle avec notice historique - 43 x 18cm): 13 € frais d'envoi inclus.
Notice historique :
Joris HOEFNAGEL (Georges Hoefnagel)
Anvers, 1542 - Vienne, 1600
Né en 1542 à Anvers dans une famille de riches diamantaires, le jeune Joris Hoefnagel est envoyé en France avec ses compatriotes étudiants (Francois van Haeften, Guillaume de Kemperer et Mathieu de Lannoy) sous la férule de leur précepteur Robert Jans van Giffenen, appelé aussi par le monde savant « Obertus Gyfanius ». On trouve leurs traces à l’Université de Poitiers (Joris Hoefnagel , dessin de la pierre d’un dolmen couvert de signatures gravées par les étudiants) puis à la Faculté de droit de Bourges (un second dessin concernant Bourges représentant la Grosse Tour, actuelle-ment au Musée Dobrée de Nantes). Ces étudiants sont donc à Bourges en 1562, date à partir de laquelle la ville est occupée par une troupe protestante et ce, de la mi-mai jusqu’à la mi-août de cette même année, lorsque la troupe du Duc de Guise, accompagnée de la Régente Catherine de Médicis et du jeune Roi Charles IX son fils, fait le siège de la ville de Bourges qui capitule finalement le 1er septembre 1562. Remarquons qu’Hoefnagel nous a légué un souvenir discret de ce combat en figurant sur son dessin les tirs d’artilleries de la Grosse Tour dans cette fameuse gravure de la ville vue du Faubourg d’Auron (notre reproduction). Ces hostilités entre catholiques et protestants décident les familles des étudiants hollandais à envoyer un voiturier à Bourges pour ramener les jeunes gens et leur maître à Anvers, sans doute dès le début du siège (seconde quinzaine d’août 1562). Les dessins de Joris Hoefnagel  (La pierre levée de Poitiers, la Grosse Tour de Bourges) sont à la fois des œuvres d’un grand mérite artistique mais aussi documentaire. Le plus important est sans nulle doute, ce panorama de la ville de Bourges dont on ne connaît que cette version gravée qui paraîtra à Cologne de  1575 à 1583 dans la Civitates Orbis Terrarum II  grâce aux efforts de l’éditeur Georg Braun (1541-1622), chanoine de la cathédrale de Cologne, et de Franz Hogenberg (1535-1590), graveur allemand formé dans les Flandres. Il est donc plus que probable que ce premier panorama de notre ville par Hoefnagel fut gravé par Hogenberg, comme d’ailleurs la majeure partie des estampes du célèbre ouvrage appelé aussi Cosmographie.De retour dans sa famille anversoise, le jeune Hoefnagel va faire une carrière exceptionnelle. Après son passage dans les Universités de France, on pense qu’il suit les cours du peintre Hans Bol (Malines, 1534 – Amsterdam, 1593). En 1569, il est en Angleterre puis retourne un an plus tard à Anvers où naîtra son fils Jacob en 1575. A l'automne 1577, après que les troupes catholiques espagnoles eurent envahi Anvers, Hoefnagel voyage dans le sud de l’Europe - passant par Venise - en compagnie du célèbre cartographe Abraham Ortelius.  En 1578, il devient peintre de la Cour d'Albert V de Bavière à Munich pour se retrouver au service de l'archiduc Ferdinand du Tyrol avant de gagner Prague en 1590 où il est définitivement attaché à la Cour impériale de Rodolphe II. La Contre-Réforme catholique va à nouveau le chasser et l’obliger à partir pour Francfort dès 1591 puis pour Vienne, où il  travailla et  vécut jusqu'à sa mort en 1600. Représentatif de l'esprit curieux de cette époque, Hoefnagel aura été un esprit éclectique et accompli : il aura ainsi composé de la poésie latine joué selon de nombreux témoignages  de plusieurs instruments de musique, dessiné, peint, cartographié, illustré des ouvrages savants et parlé plusieurs langues. A n’en pas douter, l’auteur du premier panorama de notre ville fut un véritable homme de la Renaissance !
Notice réalisée par MM. Jean-Yves Ribault et Laurent Quillerié
Tout chercheur ou tout passionné des premières représentations gravées de Bourges peut apporter son concours aux recherches de l'association.
 
Espace Pictura - 15, rue Littré - 18000 BOURGES
tél. : 02 48 48 18 33
mèl : pictura@fr.fm