Expositions d'estampes

Accueil
Pictura
Actualités
Estampes classiques et modernes Dürer, Callot, Rembrandt, Goya, Chagall, Picasso ...
Bourges & Berry Patrimoine
Livres et Fac simile sur la gravure
Sade
Mur vidéo
les artistes permanents
Actions pédagogiques
Association Isabelle Guillot
 
 
 
 
 
 
 
 
Rosa2.JPG (22406 octets)
EXPOSITIONS D'ESTAMPES CLASSIQUES ET MODERNES
 
Modules d'expositions  à louer
 
Expertise libre et gratuite :
estampes,  livres et anciens papiers (XVème-XXème siècles)
 
Espace Pictura - 15, rue Littré - 18000 BOURGES
tél. : 02 48 48 18 33 - mèl : pictura@fr.fm

 

Second secteur de Pictura, le fonds d'estampes classiques et modernes (plus de 3.000 gravures, lithographies, chromolithographies des plus grands maîtres du XVème au XXème siècle : Dürer, Ecole Allemande de la Renaissance, Callot, Rembrandt, Boucher, Fragonard, Goya, Victor Hugo-Méaulle, Vallotton, Klimt, Mouvement Sécession, Picasso, ...) constitue plusieurs modules qui sont régulièrement exposés dans des lieux du patrimoine extérieurs à la Galerie (Médiathèques, Châteaux, Musées ...). Pour toute structure intéressée, n'hésitez pas à contacter Pictura pour les conditions d'expositions.
Espace Pictura - 15, rue Littré - 18000 BOURGES - tél. : 02 48 48 18 33- mèl : pictura@fr.fm
Cliquez sur le titre du module pour accéder aux images et aux détails de l'exposition
MODULE 1 :
110 estampes originales encadrées du XVème au XXème siècles
Exposition d’estampes originales et expertisées
- panneaux didactiques - catalogue :
Wolgemut, Danses Macabres, Dürer, Callot, Rembrandt, Watteau, Hogarth, Piranese, Tiepolo, Fragonard, Boucher, Goya, Meryon, Victor Hugo-Méaulle, Klimt, Dufy, Matisse, Picasso, Dali, Cocteau, Vasarely, Fini, Music,  Velickovic...
--------
Cliquez sur le titre du module pour accéder aux images et aux détails de l'exposition
MODULE 2 :
Les travailleurs de la mer & marines
Dessins de V. Hugo, gravures de F.L. Méaulle
90 estampes originales encadrées  - Origines des gravures :
Album Méaulle, Paris, 1882. Gravures sur « bois de bout » tirées sur japon.
« S’il n’était pas poète, Victor Hugo serait un peintre de premier ordre. Il excelle à mêler dans ses fantaisies sombres et farouches les effets du clair obscur de Goya à la terreur architecturale de Piranèse. »
 Gaétan Picon, « Le soleil d’encre ».
         Plus que tout autre génie de la littérature occidentale, Victor Hugo représente bien au-delà du Romantisme la volonté de l’écrivain en revendiquant son pouvoir de tout voir, de tout ressentir, de tout représenter à l’image d’un démiurge.
Avec plus de 1000 dessins d’une qualité reconnue par les exégètes du monde des arts graphiques, l’œuvre picturale qui orne les manuscrits du grand maître pieusement conservés par la Maison Victor Hugo et la Bibliothèque Nationale ne cesse d’émerveiller les lecteurs du monde entier et ce à juste titre. De Baudelaire à Théophile Gautier, de Gaétan Picon à Henri Focillon, ce talent de dessinateur a longuement été analysé dans des écrits  célèbres mais la relation de Victor Hugo à ses fidèles interprètes – tel Fortuné Louis Méaulle – demeure peu connue sinon ignorée.
Et pourtant… Si le maître absolu de la narration a toujours refusé d’apprendre le difficile art de la gravure (non par manque de talent mais comme il le disait lui-même par manque de temps et plus certainement en accord avec sa certitude toute classique que son écrit suffisait totalement à assumer la part de la représentation…), il n’en demeure pas moins que sa rencontre avec Méaulle et la technique si particulière du bois de bout soient parvenues à convaincre Victor Hugo de laisser à la postérité un témoignage d’une rare qualité plastique de ses sublimes lavis négligemment couchés sur ses manuscrits.
Les oeuvres gravées de Méaulle élaborées en collaboration étroite avec le maître demeurent ainsi  le plus beau témoignage qu’il ait été donné à voir. Car c’est en 1880 que Hugo décide de vraiment s’associer à un graveur sur bois de bout pour livrer au public ses dessins de marines et surtout ceux ornant le manuscrit des Travailleurs de la mer.
Entreprise sublime limitée à un public rare puisqu’elle sera éditée dans un album dont le tirage sur papier japon n’excèdera pas 70 exemplaires à cette époque…mais qui reste l’unique témoignage graphique de plusieurs dessins originaux malheureusement détruits ou disparus depuis le début du XXème siècle.
C’est cet ensemble de 64 estampes originales magnifiquement et miraculeusement conservées ainsi que l’unique portrait de Victor Hugo gravé à l’eau-forte par Paul Chenay que l’association Pictura  présente au grand public et ce dans une exposition didactique comprenant en outre un « Cabinet imaginaire » des plus grands maîtres de l’estampe (Graveurs de l’école allemande de la Renaissance, Dürer, Callot, Goya, Rembrandt...) qui ont tant inspiré ce génie de la littérature.

MODULE 3 :
L’Age d’or de la chromolithographie
50 Estampes originales encadrées  du XIXème siècle :
Vallotton, Ecole de Vienne 1890 : Klimt, Hoffmann…
A plus d’un titre, l’invention de la chromolithographie correspond à la naissance et à l’essor de la Bande dessinée grâce aux plus grands maîtres des arts graphiques, qu’il s’agisse de Vallotton en France avec ses collaborations à la grande presse satirique du XIXème siècle – la célèbre « Assiette au beurre » - ou de ses illustres prédécesseurs de la Vienne 1900 – le fameux groupe Sécession créé par le grand Klimt – auxquels le Grand Palais de Paris rend hommage d’octobre à janvier prochain. Ces œuvres satiriques ou allégoriques possèdent la même force qui caractérise la bande dessinée contemporaine d’autant plus que la découverte de la chromolithographie fut à bien des égards une alliance symbolisant l’apogée de deux techniques permettant de produire un étonnant rapprochement entre les œuvres peintes uniques voire aristocratiques et une diffusion multiple visant un public de plus en plus populaire dès la fin du XIXème siècle. La charge de ces œuvres usant déjà de la caricature et de l’exagération était indéniable et le courage de ces grands maîtres contre une censure omniprésente montra la voie à bien des auteurs de B.D. de l’âge moderne ou contemporain.
Véritables ancêtres de la presse moderne et de la bande dessinée, ces estampes permettent donc de jeter un pont souvent méconnu entre les grands caricaturistes de la fin du XIXème siècle et leurs illustres prédécesseurs souvent cantonnés dans une approche élitiste du Grand Art excluant tout un pan immense d’une production artistique qu’il s’agit de mieux faire connaître.

 

MODULE 4 :
Estampes de l’Art Sacré
50 estampes encadrées originales du XVème au XXème siècle :
Dürer, Callot, Rembrandt, Goya, Chagall…
Dès son origine, l’estampe fut en Europe le premier medium de diffusion des œuvres célébrant la grandeur du christianisme.
Ainsi, les « criblés », véritables objets archéologiques de la gravure sur cuivre ont côtoyé pendant des siècles les images pieuses des plus grands Maîtres de l’estampe, reliques vénérés et conservés pieusement jusqu’à nos jours :
Dürer, Rembrandt, Goya…
Autant de célèbres peintres qui comprirent très tôt que seule la gravure d’art sacré leur permettrait d’être largement reconnus, bien au-delà des églises et des châteaux aristocratiques.
En cela, ce module d’exposition répond aux souhaits premiers de ces grands maîtres, soucieux de répandre la lumière de Dieu auprès du plus grand nombre et ce, grâce à leur infini génie terrestre.
 
MODULE 5 :
Naissance de la Caricature occidentale
24 gravures encadrées du XVIème au XIXème siècle :
Dürer, Callot, Goya, Vallotton…
Ce petit module d’exposition propose de montrer au grand public la naissance de la caricature en Europe occidentale et ce, dès le XVIème siècle avec les œuvres des plus grands maîtres de l’estampe, art démocratique et populaire s’il en est.
Véritables ancêtres de la presse moderne et de la bande dessinée, ces estampes permettent de jeter un pont souvent méconnu entre les grands caricaturistes de la fin du XIXème siècle et leurs illustres prédécesseurs souvent cantonnés dans une approche élitiste du Grand Art excluant tout un pan immense d’une production artistique qu’il s’agit de mieux faire connaître.
         Bien évidemment, ce modeste module peut-être inséré aisément en forme d’introduction aux expositions de caricatures plus contemporaines.

 

MODULE 6 :
LE PREMIER SCEAU : ARS MORI ET DANSES MACABRES
60 gravures originales encadrées
Dès l'origine de l'estampe occidentale, la mort a fasciné les grands créateurs qui, à partir du motif initial des danses macabres, ont décliné le thème à travers les siècles : de Wolgemut avec sa "Danses des morts" (XV° s.) en passant par Dürer jusqu'aux terribles représentations de l'expérience de la Shoa par Zoran Music (XX° s.), cette exposition propose un regard sur le "Premier Sceau".
MODULE 7 :
L’ART DE L’IMPRIMERIE ET DU PAPIER A L’AGE DES LUMIERES
80 gravures originales encadrées
Cette exposition présente 80 estampes originales datées de 1770 détaillant toutes les techniques traditionnelles  des arts de l'imprimerie et du papier au Siècles des Lumières avec les superbes presses des premiers âges modernes mais aussi la grande tradition des caractères et des alphabets utilisés en typographie.
L’exposition est évidemment accompagnée de panneaux didactiques expliquant les techniques exposées.
MODULE 8 :
MUSIQUE & INSTRUMENTS A L'AGE CLASSIQUE
 41 gravures originales encadrées
Exposition sur « La musique et les instruments au XVIII° siècle ». Composée d’oeuvres originales du grand Maître graveur BENARD, elle devrait permettre  de faire découvrir sous un éclairage nouveau la grande tradition des luthiers et des instruments de l’âge classique. Avec plus de 40 gravures in quarto accompagnées de leurs explications présentant près de 250 instruments ainsi que tout l’art des luthiers avec 199 figures, cette manifestation a l’avantage d’intéresser aussi bien un public de connaisseurs que le public scolaire.

 

MODULE 9 :
L’AGE D’OR DE L’ARTISANAT D’AUTREFOIS
(Exposition sur les  métiers XVIIIème -XIXème siècle.)
41 gravures originales encadrées
L’Association PICTURA a décidé de proposer au grand public une exposition sur l’artisanat du XVIII° au XIX° siècle. Composée d’outils anciens illustrés par des oeuvres originales datées de 1780 et gravées par le grand Maître BENARD, elle devrait permettre  de faire découvrir sous un éclairage nouveau la grande tradition de l’artisanat et de ses vieux métiers disparus ou qui ont réussi à traverser les siècles.
            Avec plus de 100 outils et 100 gravures in quarto accompagnées de leurs explications présentant près de 3000 ustensiles ainsi que les artisans au travail dans leur atelier, cette manifestation a l’avantage d’intéresser aussi bien un public de connaisseurs que le public scolaire.
        Tel élève aura le plaisir de pouvoir comparer son activité de stage avec celle de l’artisan de 1780, tel professeur retrouvera les techniques d’autrefois, tel collégien ou lycéen sera séduit par la beauté des techniques traditionnelles et s’orientera peut-être vers ces activités professionnelles... Autant de publics différents qui seront intéressés par une civilisation de l’artisanat à son apogée qu’il s’agit de faire découvrir afin d’éviter l’oubli de ce riche patrimoine technique.
MODULE 10 :
           «L’Art des Maîtres-Verriers  à l’âge des Lumières »
104 gravures originales encadrées
L'exposition retrace toute l'histoire des techniques des Grands Maîtres verriers de l'Age Classique. Tel ouvrier du verre aura le plaisir de pouvoir comparer son activité avec celle de l’artisan de 1780, tel miroitier retrouvera les techniques d’autrefois, tel collégien ou lycéen sera séduit par la beauté des techniques traditionnelles et s’orientera peut-être vers ces activités professionnelles... Autant de publics différents qui seront intéressés par une civilisation de l’artisanat à son apogée qu’il s’agit de faire découvrir afin d’éviter l’oubli de ce riche patrimoine technique