Bourges et Berry

Forte de son fonds d'estampes classiques , Pictura et ses chercheurs bénévoles entreprennent la réédition en Fac Simile  des vues de Bourges et du Berry du XVe au XIXe siècles accompagnées de leurs notices historiques ... Ces rééditions s'inscrivent dans une démarche de recherches plus générale sur les représentations gravées de Bourges devant aboutir à une publication prévue en 2007-2008. En attendant cette édition, vous pouvez consulter l'état des recherches en cliquant sur les illustration ou les noms des graveurs (vous pouvez participer en envoyant par mail vos découvertes).
Pour toute commande ou contribution aux recherches  :
Espace Pictura - 15, rue Littré - 18000 BOURGES - tél. : 02 48 48 18 33 - mèl : pictura@orange.fr
Par rapport aux autres villes d’Europe, Bourges, compte tenu de son importance démographique très moyenne, a été énormément représentée.Voici quelques chiffres très révélateurs : pour la période étudiée, nous avons répertorié 31 gravures, ce qui place la ville à un niveau correct, le peloton de tête avec Paris et Marseille atteignant près de 80 vues gravées. Par contre, il est frappant de constater que, comparativement à ces grandes métropoles, Bourges est « surreprésentée » dans la période XVIe-XVIIe siècles : pour exemple, Bourges totalise 19 vues alors que Marseille n’en compte que 15. Cependant ce relevé de vues gravées permettant de mesurer la médiatisation de la ville (la gravure fut l’unique moyen de reproduction et de diffusion de l’image  jusqu’à l’invention de la photographie, voici à peine un siècle et demi…) accrédite et renforce les thèses historiques expliquant l’apogée de ville de Bourges jusqu’à la Renaissance et son relatif déclin après les Guerres de Religion. Enfin, dans le détail, on remarque que le corpus complet est partagé entre 17 artistes français et 14 étrangers, ce qui démontre bien la thèse d’une ville de Bourges très cosmopolite durant la période fastueuse de l’Université (pensons à la grande communauté allemande et protestante qui était présente à Bourges au XVIe siècle).
Cliquez sur l'image pour lire la notice historique
   
Joris HOEFNAGEL (Georges Hoefnagel)  , "Bourges", (dessin de 1562 - édition de 1587), dans Braun & Hogenberg. Civitates Orbis Terrarum II, édition vers 1587-1589.
Superbe Fac simile  sur papier tradition (reproduction fidèle avec notice historique - 43 x 18cm): 20 € frais d'envoi inclus.
Jean CHAUMEAU (Joannes Calameus)  & Jean Arnoullet 1566, Pourtraict de la ville Bourges, dans Histoire du Berry ... Lyon, édition Antoine Gryphe, 1566
Superbe Fac simile  sur papier tradition (reproduction fidèle avec notice historique): 30€ € frais d'envoi inclus.
 
version originale
version en couleur
Daniel Meisner, Fide sed cui vide,Thesaurus philopoliticus ou Politisches Schatzkästlein, édition Paulus Furst,  1623-1631,Nuremberg.
Superbe Fac simile  sur papier tradition (reproduction fidèle et agrandie avec notice historique - 27 x 19 cm) : 20€ € frais d'envoi inclus
 
 
Matthaus Merian, Bourges Topographia Galliae, édition de 1656.
Superbe Fac simile  sur papier tradition (reproduction fidèle avec notice historique -12x31cm): 20€ € frais d'envoi inclus.
 
Hazé, Pourtraict de la ville Bourges, vue calquée sur Chaumeau publiée dans
Relation de l’ordre de la triomphante et magnifique Monstre du Mystère des Saints actes des Apostres par Arnoul et Simon Greban… , édition P.A. Manceron, imprimeur en caractères et en lithographie, rue J. Cœur, N°7 à Bourges, 1836.
Superbe Fac simile  sur papier tradition (reproduction fidèle avec notice historique): 30€ € frais d'envoi inclus
 
Matthaus Merian, Sancerre, Topographia Galliae, édition de 1656.
Superbe Fac simile  sur papier tradition (reproduction fidèle avec notice historique -12x31cm): 20€ € frais d'envoi inclus.
_______________________________________________________________________
 
Bourges est une des villes de France et d’Europe qui a été le plus représentée par les artistes et cartographes, de la Renaissance (XVe siècle) jusqu’au XIXe siècle. Pourquoi ?
La réponse mérite d’être soulignée :
- Rayonnement de la Cathédrale, Primatiale de toute l’Aquitaine.
- Présence de Jean de Berry, immense Mécène des artistes de son temps.
- Déplacements réguliers de la royauté en Berry.
- Essor d’une Université de dimension européenne  jusqu’au XVIIe siècle.
- Présence des plus grands juristes et d’une riche Communauté Protestante
   jusqu’aux Guerres de Religion
  Mais aussi et surtout :
- Bourges fut la VITRINE des premiers Royaumes de France, avec cette situation géographique si privilégiée qui plaçait la cité des Bituriges au centre d’une Frontière imaginaire ou bien réelle selon les époques, constituant ainsi un véritable point de rencontre obligée avec ces régions du  Sud et du Sud-Ouest qui mirent tant d’années à intégrer le territoire Royal (1).

 

Quelques exemples des oeuvres originales sur le thème des Guerres de Religions à Bourges au XVIe siècle :
Retrouvez tout le dossier "Réforme et Contre Réforme à travers les vues gravées de Bourges" en cliquant ici
 
 “L'Entreprinse de Bourges en Berri descouverte sur ceux de la Religion le 21 Décembre 1569 », Gravure de Jacques Tortorel et Jean Perrissin  parue en 1570 : « Premier volume contenant quarante tableaux ou Histoires diverses qui sont mémorables touchant les guerres massacres et troubles advenus en France en ces dernières années ». Vue représentant l'attaque de la Grosse Tour (située en lieu et place de la Mairie actuelle) par les troupes Protestantes (la bataille se déroule exactement sur la Place André Malraux d’aujourd’hui !). La troupe protestante venue de la ville de Sancerre échouera face aux catholiques dirigés par le Gouverneur du Berry : La Châtre.
 

 

 
 

 

Copie inversée (édition allemande de 1601)  prouvant l'impact et le retentissement de cet événement dans les pays réformés du nord de l'Europe.Gravure tiré de : Franz Hogenberg (1535-1590) – Cologne, 1601 : "Historia oder Eigentliche und warhaffte Beschreibung aller fürnehmen Kriegshändel..." à remarquer le commentaire éloquent figurant au bas de cette gravure dont voici la traduction : « Ceux de la nouvelle religion - contre Bourges ont fait une excursion : Ils s'y sont introduits par un trou - et espéraient être au comble de leurs voeux : - mais la ville ayant appris la présence de l'ennemi, - se mit bientôt en défense contre eux; - et avec le feu, le fer, la mitraille et les projectiles, se sauva de ce danger. » « L'an du Seigneur 1569 , le 24 décembre. »

 

 

 
 
Sebastian Munster, "Cosmographia", Basle, 1614, édition allemande.
Autre copie parue dans  la dix-neuvième édition allemande de "La Cosmographia Universalis" de Sebastian Munster, Bâle, 1614, (version posthume).
Parue 62 ans après la mort de Munster,  cette édition présente une vue de Bourges tout à fait révélatrice du rôle de média – voire même de "propagande" assumée par la gravure et ce, jusqu’à l’apparition de la photographie au XIXème siècle. A noter que cette seconde copie est une version en réduction réalisée non pas à partir de l'édition originale de Tortorel et Périssin mais à partir de la première copie allemande preuve s'il en est du rôle de média joué par la gravure à cette époque : nous avons donc ici une "copie de copie" du XVIIe siècle.

 

 

 

 
Daniel Meisner, Fide sed cui vide, "Thesaurus philopoliticus ou Politisches Schatzkästlein", édition Paulus Furst,  1623-1631,Nuremberg.
Au-dessous, ces vers latins : Nusquam tuta fides  (Ne crois jamais tout ) !  nimium nec credito fratri (Ne crois pas même ton frère !) : Ne confundaris, fidere disce DEO (Mais ne confonds pas : sois fidèle seulement aux paroles de Dieu) et quatre vers allemands qui se rapportent, comme les précédents, à la scène représentée ("Vois sûrement et ne crois jamais totalement, le Monde est plein de mensonges, Bien des gens ont des mots doux, Mais finalement, chasse de ton cœur toute Haine"). L'emblème de Meisner franchement acquis à la cause des Protestants fait référence ici à la fausse réconciliation avec le pouvoir catholique qui se solda par la "Saint-Barthélémy"  au cours de laquelle périrent des milliers de protestants.

 

 

Imagerie de la rue Saint-Jacques entre 1739 & 1776.
Titre : BOURGES, Ville capitale du Berry
Eau-forte aquarellée et  éditée rue St Jacques à Paris, édition Chéreau (1688-1776) à l'adresse du Grand Saint Rémy.
Les imagiers de la rue Saint Jacques et Chéreau, grand marchands de gravures au siècle des Lumières ont copié  la gravure de Meisner le protestant  mais en l'épurant de toutes connotations historico-religieuses : absence de la scène de la fausse réconciliation, aucun signe du siège de Bourges ni commentaires : Chéreau s’est contenté de les remplacer par la notice d’Hoefnagel tout en gardant la scène du piégeur d'oiseaux …. La contre-réforme avait son œuvre.
 

 

 

 

 

 
Tout chercheur ou tout passionné des premières représentations gravées de Bourges peut apporter son concours aux recherches de l'association.
 
Espace Pictura - 15, rue Littré - 18000 BOURGES
tél. : 02 48 48 18 33
mèl : pictura@fr.fm
 
     retour à l' Accueil